lundi 29 juillet 2013

Man of Steel, part III - My Review in English



17 x 22 / A 3

Pour la version en français, reportez-vous au post "Man of Steel, part II" :)

Directed by Zach Snyder, the Director of 300 and Watchmen, Man of Steel starts by slapping your face with an intense first scene ! Lara El's delivery, giving birth to little Kal, in a kryptonian society where no child has been naturally conceived for centuries. Lara and Jor El (Ayelet Zurer & Russel Crowe, both brilliant) are a couple of dissident scientists, who have decided to defy the rule by giving to Krypton its last son, while the planet is threatened by an impending disaster, a revolution, and a coup fomented by the very radical general Zod (a very impressing Michael Shannon).

On Krypton, everything is planned, and each individual is intended and programmed since his childhood, to accomplish a precise task. The planet itself is of the most exotic. Above its mounts and its dark towers, float some weird vessels, in an atmosphere enlighted by a red sun. Considering this, the universe imagined by ZAch Snyder is very distant from the one imagined by Richard Donner in 1978, and this is the first surprise of the movie. The second is this weird kryptonian technology, based on a so strange element that you could not tell whether mineral or metalic it is, and that can shape-shift, by the grace of great FX !

Here, the disorientation is total, and it even can make the audience feel a little bit uneasy. You loose your marks and you face with a real alien civilization !

But the audience is also plunged into tragedy ! Kryptonians have wasted all their planet's ressorces, and all of them will die soon, Krypton living its last hours. In the middle of this chaos, Jor El has decided to send his son beyond the stars, and to leave him as an heritage, the genetic code of all the kryptonian babies. Escaping at last from awful general Zod, whom is cryogenized with his thugs and sent to a Phantom Zone Vessel, little Kal crosses the space to Earth, bringing with him the dreams and the hopes of a dying civilization.

As this start is tragic, as the treatment of the movie is of the darkest. Nearly obscure. The atmosphere is sad, heavy, nearly uneasy, and this isn't surprising given the fact the producer is the Director of the last three Batman's adaptations. But you rapidly wonder if it will last all the movie... Basically, Superman is a positive heroe, he is solar, and if he can be tormented, he's surely not as dark as The Batman is ! So you are not given the Superman you are used to, and you're not so sure you'll have a great moment...

Krypton being destructed, we are suddenly sent to Kal become Clark's adult period. Moving from here to there, doing small jobs, he makes his best to remain discret and make his difference unremarkable. This difference appeared pretty soon, during his childhood, when he was raised in Kansas, by farmers Jonathan & Martha Kent (Diane Lane & Kevin Costner, both perfect), in the neighborhood of a small town, Smallville.

Since his childhood, Clark knows he's different and able to accomplish what others can't. To tell this part, the movie uses flashbacks, especcially a very impressing sequence of a schoolbus accident. Here the audience is in a familiar terrytory : Lana Lang, Pete Ross and the Kents are present, and we find a Clark who wonders himself a lot of questions, and has to discover who he really is.

The following is divided between flashback and setting of the second part : Zod and his thugs have escaped from Krypton and its destruction, and have come to Earth to ask humans to give them Kal. Or the planet and its inhabitants will have to assume the consequences. Nothing more, nothing less. With the help of giant vessels looking like tripod spiders, able to re-form the atmosphere of the planet. Once again, the treatment is dark, you're not here to joke !

But the thing that really can bother old fans, is the fact narration goes away from original material, and re-build some elements. Notably the way Loïs Lane meets Clark. Loïs's portraying by the really dynamic but so physically different Amy Adams can surprise a little bit too. But the character is here, though : Loïs is a journalist who goes ahead and you can't abuse of whom.

The second part of the movie gives more action to the audience, and I must say, more massive destructions... But before that, you need a twist. And this twist is the sequence in which Clark meets the consciousness of his true father, activated by a key introduced by the young man in the computer of a lost kryptonian exploration vessel, kept into the ice floe since 18 000 years. If the things can seem to be laboured here, Jor El's ghost reveals to his son in a very shakespearian way, what his origins are, and what his heritage is. Giving a sense to Clark's destiny !

After this revelation, and Clark's acceptance of his alien heritage and powers, comes the second visual twist of the movie. A subtle change in the treatment of light. As we have said, Superman is a positive character, a solar one, given the fact he takes his powers from Earth's yellow sun. When the names of Nolan and Snyder have been associated to the project, a lot of people thought that the movie would be very dark, regarding the previous works of both directors. And I remember telling a worrying friend : what could be good and clever would be to play the metaphoric card, and to enlight the movie when Clark accepts his powers and his condition of Superman ! But will they see the things like this ?

Well I must confess I was doubtful about that, but this is exactly what Mr Snyder did ! Since the moment Clark becomes Superman, he's constantly enlighted by a yellow light, and he reflects this light on other characters. But in a very subtle and soft way !

And here you have the sense of the film, and above this, the sense of Superman's character ! We were given the keys in the trailer, notably with this formal phrase pronounced by Jor El : "You will give the people of the Earth an ideal to strive towards, they'll rest behind you, they will stumble, they will fall, but in time, they will join you in the sun. In time, you will help them accomplish wonders !"

Man of Steel is not only a superheroe movie ! Man of Steel deals with hope ! This hope which is symbolized by the kryptonian ideogram shaped like an "S" and worn by Superman on his suit.

And the whole movie puts in parallel the story of this young man who finally chooses to become an adult, assuming who he is, and accomplishing wonders by the grace of nature, and the destiny of each of us, as when we take our lives in our hands, and assume our whole abilities, we can accomplish wonders and open ourselves out too !

And as an evidence, beyond all the titan fights between the hero and his opponents, the major sequence of the movie is without any doubt the one in which a Daily Planet journalist (Rebecca Buller) is stuck into debris, and saved by her colleagues, some simple humans, Perry White (Laurence Fishburne), and Steve Lombard (Michael Kelly). This, without any help from Superman, who appears in this scene like a far away god, busy with its god's business, that is his fight with devilish general Zod. The moral of the movie is that if he keeps hope, man can find force in himself, whoever he is a simple human, or a future Superman.

And this is the reason why, in my opinion, Man of Steel is a brilliant adaptation, though the darkness of its topic and treatment. This darkness is used here to reveal the light the character and the movie invite us to look at, the light that dwells into each of us. In this sense, Chris Nolan and Zach Snyder have perfectly understood the character, and perfectly reached to brilliantly adapt Superman's story, a character human beings look at whom by holding their head up, and who brings to them the light of hope and example, as a hero of antique Greece.

Beyond this moral, the movie makes also a tribute to Jonathan and Martha Kent, little Kal's earthan adoptive parents. While editor DC Comics decided to minimize their importance since its 2011 relaunch, sweeping previous authors and artists works out, the movie gives justice to these characters, showing that what makes Superman's kindness, is the education and the affection he has received from Kents, as a child. Here, Kevin Coster, the main cinema hero of the ninetees, is the ideal actor to portray Jonathan Kent, the bravoure of whom only equals his moral straightness, till his death. Diane Lane, who defends a lot of important and more intimate sequences, portrays the ideal mother.

The movie also wonders if man becomes what nature has planned for him, or if he becomes the fruit of his education. The truth probably being in the middle. Here, Superman accept the addition of his two heritages, but at the end of the movie, he'll have to make a radical choice, by obligation, and necessity. The darkness will come again to him, but for a better future to come. Maybe because the character is not as solar as we think ! If Superman is nearly a god, he is a greek god, born in tragedy, and forever marked by that ! Orphan, alien, he'll have to integrate himself into a new world, to look for himself, and to find peace with some origins that he is more or less obliged to deal with. So, if the movie is dark, maybe it is because the character is born into darkness. But instead of wraping himself into this darkness like The Batman does, he makes the choice of light ! Superman and The Batman represent the two ways you can overcome a trauma !

This apart, Man of Steel has a lot of extremely impressing visual FX, and a lot of homeric action scenes ! Henry Cavill, who portrays Clark, has built himself a Hercules body (he really looks like Hercules at the beginning, wearing a bear which is probably not hazardous), and constantly alternate between powerness, and sensitivity. On several pictures, he even looks like Christopher Reeve, who was adored by previous generations, and my unique regret is that Mr Reeve is no more here to watch the movie. I have no doubt that he would have been very proud of it !

For the connoisseurs, the cinema lovers, the technicians of imagery, and the most observant of us, the movie also contents a lot of winks to Sci-Fi pieces, Star Wars first, and you'll even find some images that are lovely and respectfully traced over some images of previous superheroe movies, even Marvel ones ! You will notice that if you are very very observant, but here again, it is very soft and subtle.

For technicians of imagery, again, the treatment of light since Clark becomes Superman reminds the contrast you can find in comic book pages ! With each time a half of character into the dark, and a half into the light, even in a light brightness, as if the picture was in a comic book. The dark makes solid and makes exist, and the light permits evocation and dream. And the principle goes right here, even if the hero's suit is darker than it usually is. It's clearly more brilliant than previous ones.

Last but not least, how not talk about Mr Hans Zimmer's music ? In 1978, composer John Williams wrote the partition we all know for Richard Donner's movie. An unforgettable score. So the challenge was to propose something new, turning the page of past, and going towards a new direction (this is the reason why the film title is "Man of Steel" which is Superman nickname, and not "Superman"), so a new partition was needed as an obligation. And who could do that better than Hans Zimmer, writing a theme which starts with an illustration of the character's melancholy, and afterthat, symbolizing his revealing and his taking off, grows up bar after bar till illumination and explosion of joy and power. But a power which is hold back with softness, like by God's hand. Some great Zimmer !

So, what about Clark Kent wearing glasses, will tell you ? Where is Clark wearing glasses ? Do we see him at the end or don't we ?


Well, my friends.... go and see the movie ! 8)

dimanche 28 juillet 2013

Red Blonde Feat Krem, BLL (Be Le Le)




Gaby, my overseas friend, if you still come here sometimes, this one is only for U :)

Notice that I still have a very light romanian, so I don't have a very precise idea of what they sing lol... I just precise that because we never know.... : P

Take care. And ne vediem mai târziu ! I hope ! ; )

mardi 23 juillet 2013

Man of Steel, part II - Ma Review en Français


17 x 22 / A 3



English translation to come in the post "Man of Steel, part III :)


Réalisé par Zach Snyder, le réalisateur de 300 et de Watchmen, Man of Steel commence par vous mettre une bonne claque en débutant par une scène choc ! Celle de l'accouchement de Lara El, donnant naissance au petit Kal, dans une société kryptonnienne où les enfants n'ont plus été conçus naturellement depuis des siècles. Lara et Jor El (Ayelet Zurer & Russel Crowe, tous deux impeccables) sont un couple de scientifiques dissidents, qui ont décidé de braver l'interdit en faisant naître un enfant qui sera le dernier fils de Krypton, la planète étant sous la menace d'un cataclysme imminent, ainsi que d'une révolution, et d'un coup d'état mené par le très jusqu'au-boutiste général Zod (Michael Shannon, très impressionnant).

Sur Krypton, tout est décidé à l'avance, et chacun est programmé dès l'enfance, pour une tâche bien précise. La planète en elle-même est des plus dépaysantes. Au dessus de ses montagnes, et de ses tours sombres, flottent d'étranges vaisseaux dans une atmosphère baignée d'un soleil rouge. En cela, l'univers tel que repensé par Zach Snyder est très éloigné de celui de Richard Donner en 1978, et c'est la première surprise du film. La deuxième, c'est cette étrange technologie kryptonnienne, basée sur une matière non moins étrange dont on ne saurait dire si elle est minérale ou métallique, et qui a la capacité de changer de forme, à grands renforts d'effets spéciaux !

Ici, le dépaysement est total, et il en est presque déstabilisant ! A la première vision du film, le spectateur perd ses repères, et se retrouve confronté à une véritable civilisation extra-terrestre !

Mais il est également plongé en pleine tragédie ! Les kryptoniens ayant épuisé les ressources de leur planète, tous vont bientôt mourir, et leur planète va disparaître. Au milieu de ce chaos, Jor El a décidé d'envoyer son fils par delà les étoiles, et de lui laisser en héritage le code génétique de tous les bébés kryptoniens. Echappant de peu au terrible général Zod, et tandis que ce-dernier et ses complices sont cryogénisés, et emprisonnés dans un Vaisseau Fantôme, le petit Kal file en direction de la Terre, emportant avec lui les rêves et les espoirs d'une civilisation qui s'éteint.

A l'image de ce début tragique, le traitement du film est des plus sombres. Presque obscur. L'atmosphère est triste, pesante, voire désagréable, et si cela n'est pas une surprise lorsque l'on sait que le producteur du film n'est autre que le réalisateur des trois derniers Batman, on se demande assez vite si cela va durer tout le film... Car en principe, Superman est un héros positif, solaire, et s'il est parfois tourmenté, il est loin d'être aussi dark que le Batman ! Ce n'est donc pas le Superman dont on a l'habitude, et on n'est peut être pas sur que l'on va passer un bon moment...

Une fois Krypton détruite, on passe ensuite très brutalement à la période adulte du petit Kal, qui est devenu Clark, se déplaçant ici et là et vivant de petits boulots, redoublant d'efforts pour ne pas attirer l'attention sur lui, et sur sa différence. Et cette différence, elle s'est manifestée très tôt, lorsque le jeune homme n'était encore qu'un enfant, élevé par des fermiers du Kansas, Jonathan et Martha Kent (Diane Lane & Kevin Costner, parfaits), dans la campagne avoisinante de la petite ville de Smallville.

Dès l'enfance, Clark comprend qu'il n'est pas comme les autres, et qu'il est capable de faire ce que ces autres ne peuvent pas faire. Et le film nous le raconte au travers de plusieurs flashbacks, avec en prime, un accident de bus scolaire franchement impressionnant. Ici, l'on retrouve des clins d'oeil à un univers connu : on retrouve Lana Lang, on retrouve Pete Ross, on retrouve les Kent, on retrouve un Clark qui se pose beaucoup de questions existencielles, et qui doit désormais découvrir qui il est vraiment.

La suite immédiate se déroule entre flashbacks et installation de la deuxième partie du film : Zod et ses sbires ont échappé à la destruction de Krypton, et ils viennent sur Terre pour réclamer que Kal leur soit remis. Sinon, la planète et ses habitants en subiront les conséquences. Ni plus ni moins. A grands renforts de vaisseaux évoquant des sortes d'araignées tripodes, et capables de reformater l'atmosphère de la planète. Encore une fois, le traitement est sombre, on n'est pas là pour rigoler !

Mais ce qui peut clairement contrarier ici le fan de la première heure, c'est que la narration s'écarte de l'histoire originale, et que beaucoup d'éléments sont ici réinventés. Notamment la façon dont Loïs Lane rencontre Clark. L'incarnation de Loïs par une Amy Adams certes dynamique, mais ne ressemblant clairement pas au personnage, peut également surprendre quelque peu. Pourtant, le caractère est bien là : Loïs est une journaliste battante qui ne s'en laisse pas montrer.

La deuxième partie du film va faire place à beaucoup plus d'action. Et de destructions massives, il faut bien le dire... Mais avant cela, il faut un tournant. Et ce tournant, c'est une scène dans laquelle Clark rencontre la conscience de son vrai père, activée par une clé que le jeune homme insère dans l'ordinateur d'un vaisseau de reconnaissance kryptonien enchassé dans les glaces depuis 18 000 ans. Si à ce stade, les choses peuvent sembler un peu laborieuses, ainsi le fantôme de Jor El va t-il de façon très shakespearienne révéler à son fils quelles sont ses origines, et quel est son héritage. Et le destin de Clark va prendre tout son sens !

Avec cette révélation, et l'acceptation par Clark/ Kal de son héritage extraterrestre et de ses pouvoirs, vient le deuxième tournant visuel du film. Un changement subtil dans le traitement de la lumière. Nous l'avons dit, Superman est un personnage positif, solaire même, puisqu'il tire directement son énérgie du soleil jaune de la Terre. Lorsque les noms de Nolan et de Snyder furent associés au projet, nombreux sont ceux qui se dirent que le film allait être d'une grande noirceur, se référant par là aux oeuvres passées des deux cinéastes. Et je me souviens avoir dit à un ami qui s'en inquiétait : ce qui serait bien, ce qui serait intelligent, ce serait de jouer la carte de la métaphore, ce serait que le film s'éclaire au moment où Clark accepte ses pouvoirs et sa condition de Superman ! Mais vont-ils le voir comme ça ?

Et bien je dois l'avouer, à ma grande surprise car j'avais beaucoup de doutes sur ce point, c'est exactement ce qu'a fait Monsieur Zach Snyder ! A partir du moment où Clark devient Superman, il est constamment éclairé d'une lumière jaune qui tranche avec l'obscurité environnante, et il réfléchit cette lumière sur les personnages qui l'entourent. Mais cela d'une façon très subtile, et avec beaucoup de douceur !

Et c'est là que réside le sens du film, et par delà le film, le sens du personnage de Superman ! Les clés nous étaient d'ailleurs données dès la bande annonce, notamment avec cette phrase très sollenelle prononcée par Jor El : "Tu donneras aux peuples de la Terre un idéal à atteindre. Ils te suivront, ils se rueront sur tes pas, ils trébucheront, ils tomberont, mais le moment venu, ils te rejoindront dans le soleil. Le moment venu, tu les aideras à accomplir des miracles !"

Man of Steel n'est pas qu'un film de super-héros ! Man of Steel est un film sur l'espoir ! Cet espoir qui est symbolisé par cet idéogramme kryptonien en forme de "S" que Superman porte sur son costume.

Et le film entier fait le parallèle entre l'histoire de ce jeune homme qui choisit finalement de devenir adulte en assumant pleinement ce qu'il est, et d'accomplir de grandes choses grâce à ce que la nature lui a donné, et le destin de chacun d'entre nous qui, si nous nous prenons en mains nous mêmes, et assumons pleinement nos propres capacités, pouvons à notre tour accomplir des miracles, et nous réaliser !

Et j'en veux pour preuve que, par delà les combats titanesques entre le héros et les méchants de l'histoire, la scène la plus importante du film est sans aucun doute celle dans laquelle une journaliste du Daily Planet (Rebecca Buller) est prise sous les décombres, et sauvée par de simples humains, ses collègues Perry White (Laurence Fishburne), et Steve Lombard (Michael Kelly), sans aucune aide de Superman, qui apparait dans cette scène comme un dieu lointain, occupé à des affaires de dieux, en l'occurence accaparé par son combat contre le diabolique général Zod. La morale du film est que s'il conserve l'espoir, l'homme trouve sa force en lui-même, qu'il soit un simple humain lambda, ou un Superman en devenir.

Et c'est pour cette raison que Man of Steel est selon moi une adaptation très réussie, malgré la noirceur de son sujet et de son traitement. Cette noirceur ne sert qu'à faire ressortir la lumière que le personnage et le film nous invitent à regarder, cette lumière qui est en chacun de nous. Et en ce sens, Chris Nolan et Zach Snyder ont parfaitement compris le personnage, et parfaitement réussi leur pari en adaptant brillamment l'histoire de Superman, personnage que les humains regardent en se redressant, et en levant la tête, et qui tel un héros de la Grèce antique, porte dans sa main la lumière de l'exemple et de l'espoir.

Au delà de cette morale, le film rend également hommage à Jonathan et Martha Kent, parents terriens adoptifs du petit Kal. Alors même que depuis sa relance éditoriale de 2011, l'éditeur DC a décidé de minimiser leur importance au mépris de tout ce qui avait été précédemment écrit par les précédents auteurs, le film rend justice aux personnages, en démontrant que ce qui fait la bonté de Superman, c'est l'éducation et l'affection qu'il a reçue des Kent étant enfant. Kevin Costner, héros emblématique du cinéma des années 90 est ici l'acteur idéal pour camper Jonathan Kent, dont le courage n'a d'égale que la droiture morale, jusqu'à sa mort. Diane Lane, qui défend quant à elle de nombreuses scènes intimistes et très importantes, incarne tout simplement ici la mère idéale.

Le film pose donc également la question de savoir si l'homme devient ce que la nature a prévu pour lui, ou s'il devient le fruit de son éducation. La vérité se trouvant probablement entre les deux. Ici, Superman accepte d'ajouter ensemble ses deux héritages, mais à la fin du film, il devra faire un choix très radical, par obligation, et par nécessité. La noirceur se rappellera à lui, en quelque sorte, mais c'est aussi pour un meilleur après. C'est aussi peut être parce que finalement, le personnage de Superman n'est pas aussi solaire qu'on le croit ! Si Superman est quasiment un dieu, il est un dieu grec, qui nait dans la tragédie, et il en sera marqué à vie ! Orphelin, étranger, il devra s'intégrer, se chercher, se trouver, et faire la paix avec des origines qu'il sera plus ou moins contraint d'accepter. Si le film baigne dans la noirceur, c'est peut être aussi parce que le personnage est né de la noirceur. Simplement, au contraire du Batman, il ne s'enveloppera pas dedans, mais fera le choix de la lumière ! Batman et Superman représentant donc deux façons différentes de surmonter un traumatisme !

Hors cela, Man of Steel comporte évidemment un déluge d'effets visuels tous aussi époustoufflants les uns que les autres, et son lot de scènes d'actions homériques ! Henry Cavill, l'interprète de Clark, s'est quant à lui forgé une carrure digne d'Hercule (il lui ressemble d'ailleurs beaucoup au début du film, arborant une barbe qui n'est sans doute pas là par hasard), et alterne constamment entre puissance et sensibilité. Sur certains plans, il ressemble même à Christopher Reeve que les générations précédentes ont adoré, et je n'ai pour ma part qu'un regret, c'est que M. Reeve n'ait pas été là pour voir le film. Car je ne doute pas un seul instant qu'il en aurait été très fier !

Pour les connaisseurs, les cinéphiles, les techniciens de l'image, et pour les plus observateurs d'entre nous, le film est également truffé de clins d'oeil et de références à de nombreuses autres oeuvres de science-fiction, à commencer par Star Wars, et certains plans sont même fort amoureusement et respectueusement calqués sur des plans de précédents films de super-héros, notamment des films estampillés Marvel ! Si vous êtes très observateurs, vous les remarquerez peut être, mais là encore, on est dans la douceur et la subtilité.

Pour les techniciens de l'image encore, le traitement subtil de la lumière à partir du moment où Clark devient Superman rappelle aussi le contraste que l'on retrouve dans les pages des comics ! Avec à chaque fois, une moitié du ou des personnages dans le sombre, et une autre moitié éclairée voire légèrement brillante, comme si l'image était une case de bande dessinée. L'obscur solidifie et fait exister, tandis que le clair évoque et fait rêver. Et le principe fonctionne ici même si le costume du héros est effectivement plus foncé. Il est clairement plus brillant que les précédents.

Enfin, comment ne pas évoquer la musique de M. Hans Zimmer ? En 1978, le compositeur John Williams écrivit la partition que l'on connait pour le film de Richard Donner. Une partition inoubliable. Et le challenge de ce nouveau film étant de proposer quelque chose de nouveau, tournant la page du passé et allant dans une nouvelle direction (c'est la raison pour laquelle le titre du film reprend le sobriquet "Man of Steel" - l'Homme d'Acier, et non "Superman"), il fallait donc impérativement une nouvelle partition. Et qui mieux que Hans Zimmer pour écrire un thème commençant par illustrer la mélancolie du personnage, et qui symbolisant sa révélation et son envol, monte ensuite mesure après mesure vers une illumination, et une explosion de joie et de puissance retenue comme par la douceur de la main de Dieu. Du grand Zimmer !

Et le Clark Kent à lunettes, alors, me direz-vous ? Il est où le Clark Kent à lunettes ? On le voit à la fin ou on le voit pas à la fin ?

Eh bien, les amis.... allez voir le film ! 8 )

mardi 16 juillet 2013

Man of Steel, part I

17 x 22 / A 3

Prochainement : ma revue du film "Man of Steel" de Zach Snyder, que j'ai beaucoup apprécié.

A bientôt les Crocos ! :) )

* * * * *

Coming : my review for Zach Snyder's "Man of Steel", which I have enjoyed very much.

See you soon, Alligators ! :) )