jeudi 12 avril 2012

Indignation

Yesterday, I heard a news that turned me mad. I learnt that, in Russia, some women are so poor that they are obliged to sell their hair, or their daughter's hair, to be able to buy food to the family. Their hair are the object of an international trade, and become capillary extensions. Yes, yes, those stuffs you put on your head ! Some of these women or girls are true volunteers, and cut their hair to gain a plus of money, but some others are just obliged by the circumstances. Because their life is difficult. And sometimes, the young girls who have their hair cut by their own mothers, just cry. So you put on your head the poverty and the suffering of someone else.

Maybe I should not judge that, and it is none of my business, but I have been very chocked by that. And I have felt the desire to write a couple of lines about it. Make yourself your opinion, for my own, I clearly have a problem with a part of mankind.

* * * * * *

Hier, j'ai entendu une nouvelle qui m'a rendu dingue. J'ai appris qu'en Russie, des femmes étaient tellement pauvres qu'elles étaient obligées de vendre leurs cheveux, et les cheveux de leurs filles, pour pouvoir acheter à manger à leur famille. Ces cheveux sont l'objet d'un commerce international, et deviennent des extensions capillaires. Oui, oui, ces trucs que vous vous mettez sur la tête ! Certaines de ces femmes ou de ces filles sont de vraies volontaires, et coupent leurs cheveux pour gagner un peu plus d'argent, mais d'autres sont juste obligées par les circonstances. Parce que leur vie est difficile. Et parfois, les jeunes filles qui ont leurs cheveux coupés par leur propre mère, pleurent, tout simplement. Du coup, vous posez sur votre tête la pauvreté et la souffrance de quelqu'un d'autre.

Peut être que je ne devrais pas juger cela, et ce ne sont pas mes affaires, mais ça m'a beaucoup choqué. Et j'ai ressenti l'envie d'écrire deux lignes là-dessus. Faites-vous votre propre opinion, moi, j'ai clairement un problème avec une partie de l'humanité.

Aucun commentaire: